La Quinzaine littéraire n°1083 – du 1er au 15 mai 2013

(Télécharger le numéro en PDF ici)

LITTÉRATURE

Beauté perdue, un article de HUGO PRADELLE

Un recueil aux tonalités subtiles, qui fait s’entrecroiser désir et perte, fascination et pulsion, nostalgie et désir de vivre, les voix d’un temps perdu, les présences immuables de ceux que nous avons aimés.

FRANÇOIS EMMANUEL LES MURMURANTES

Seuil, coll. « Cadre rouge », 176 p., 17 euros

 Sur la mort, un article deAGNES VAQUIN

Un récit bref, censé correspondre à un journal rédigé en douze jours, le temps d’un séjour à Grenade. En fait, des textes quotidiens, il n’y en a que neuf, il est des jours sans voix, les cinq, sept et neuvième… D’emblée, la singularité de cette Belle apparaît. L’œuvre se présente donc comme un récit. Toutefois, ce pourrait aussi bien être un essai – l’auteur en a déjà écrit plusieurs – puisqu’il s’agit de la mort. Or le terme d’essai ne saurait convenir à ce qui se lit comme un poème, d’une lecture qui se brise quand la phrase irradie et qu’il faut s’arrêter afin de mieux la goûter et de reprendre haleine.

MATHIEU TERENCE LA BELLE

Grasset, 106 p., 12,50 euros

« Un lourd fardeau de mélancolie », un article de NORBERT CZARNY

C’est là dès la première page du livre, cela revient, comme un motif musical aux couleurs tragiques : la mort. Et pourtant la vie l’emporte, l’énergie vitale, l’envie de faire, de créer, de découvrir. L’existence de Puccini, telle que la relate Bernard Chambaz dans Caro carissimo. Puccini, ressemble à un tourbillon.

BERNARD CHAMBAZ CARO CARISSIMO PUCCINI

Gallimard, coll. « L’un et l’autre », 160 p., 18 euros

 Mer des souvenirs, un article de ALICIA MARTY

Avec plus d’une vingtaine d’ouvrages, traduits en France, Yôko Ogawa a construit une œuvre subtile et intrigante, entre douceur et cruauté. Dans Le Petit Joueur d’échecs, elle dépeint avec grâce la relation entre un jeune garçon et son maître. Mais ce qui est au cœur de ce beau roman, c’est la vivacité du souvenir des morts.

YÔKO OGAWA LE PETIT JOUEUR D’ÉCHECS

trad. du japonais par Martin Vergne Actes Sud, 320 p., 22,80 euros

Le chemin de la vie, un article de CLAUDE FIEROBE

Des Filles de la campagne, premier roman, à Fille de la campagne, ces mémoires qu’Edna O’Brien « s’était juré de ne jamais écrire », il y a un demi-siècle. Il y a aussi ce singulier, qui distingue l’autobiographie de la fiction, encore que la séparation ne soit pas totale, tant l’œuvre est nourrie d’une existence tumultueuse où se mêlent la force incontrôlable des passions et la farouche ténacité de l’écrivain.

EDNA O’BRIEN FILLE DE LA CAMPAGNE Mémoires

trad. de l’anglais (Irlande) par Pierre-Emmanuel Dauzat Sabine Wespieser, 478 p., 25 euros

 La mort sonne deux fois, un article de STEVEN SAMPSON

Le Bleu de la nuit constitue le second volet d’un diptyque commencé six ans plus tôt avec L’Année de la pensée magique. Tel Everyman, personnage qui, convoqué par La Mort, cherche des alliés prêts à l’accompagner à son rendez-vous, la narratrice de ces mémoires évoque des avatars contemporains de Compagnie, Parentèle, Cousinage, Beauté et Raison. Avec le même résultat.

JOAN DIDION LE BLEU DE LA NUIT

trad. de l’anglais (États-Unis) par Pierre Demarty Grasset, 240 p., 18,60 euros

 L’ultime mise en scène, un article de HUGO PRADELLE

En sortant le comédien et cinéaste Kurt Gerron (1) de l’oubli en en faisant le héros de son nouveau roman, Charles Lewinsky questionne à la fois la moralité de la survie et des fictions que nous nous inventons sans cesse, le poids du passé, la puissance de l’imagination et le temps singulier qui la conforme. En dépit de son apparent classicisme formel et de son allure de fresque historique, il promeut l’invention de la vie comme ultime résistance.

trad. de l’allemand (Suisse) par Léa Marcou Grasset, 512 p., 22,90 euros

HISTOIRE LITTÉRAIRE

Un Rabelais ludique, un article de MAURICE MOURIER

Le bon maître Albert-Marie Schmidt, dans les années 1960, enseignait Rabelais aux étudiants de l’université de Lille, ou plutôt il s’efforçait de l’enseigner car la tâche lui était malaisée. En effet, arrivé en chaire, son énorme édition Lefranc sous le bras, il ouvrait le volume et se mettait à en lire un passage mais aussitôt un rire si inextinguible le submergeait que les larmes lui coulaient sur les joues et qu’il renonçait bien vite à délivrer à ses ouailles autre chose qu’une suite hilare de borborygmes et de hoquets.

PETER GILMAN L’ÉNIGME PANTAGRUEL

La Différence, 348 p., 22 euros

 Sur les bords de la Tisza, un article de GABRIELLE NAPOLI

Gyula Krúdy (1878-1933), auteur admiré de Márai comme de Kertész, est un des plus grands écrivains hongrois, et ce roman, L’Affaire Eszter Solymosi, est un véritable chef-d’œuvre

GYULA KRÚDY L’AFFAIRE ESZTER SOLYMOSI

trad. du hongrois par Catherine Fay Albin Michel, 637 p., 24 euros

Le roman de Wallenstein, un article de JEAN-PIERRE MOREL

Il aura fallu près d’un siècle pour que le deuxième roman d’Alfred Döblin, paru en Allemagne en 1920, ait enfin sa version française. Le découvrir aujourd’hui, grâce au travail remarquable du traducteur, Michel Vanoosthuyse, permet de comprendre pourquoi ce texte énorme (huit cents pages) passe parfois pour le plus important du romancier après Berlin Alexanderplatz (1929).

ALFRED DÖBLIN WALLENSTEIN

trad. de l’allemand par Michel Vanoosthuyse Agone, coll. « Manufacture de proses », 860 p., 38 euros

POÉSIE

Un art poétique, un article de MARIE ÉTIENNE

Toucher terre et rebondir, prendre appui sur ce qui est pour atteindre les hauteurs dont l’art est parfois capable, tel est le mouvement qui anime la poésie d’Ariane Dreyfus et des auteurs qu’elle analyse.

ARIANE DREYFUS LA LAMPE ALLUMÉE SI SOUVENT DANS L’OMBRE

Corti, coll. « En lisant en écrivant », 315 p., 19 euros

Les Cantos d’Ezra Pound, un article de CLAUDE GRIMAL

Le poète britannique Basil Bunting a écrit dans les années 1970 un poème sur les Cantos de son ami Ezra Pound (1885-1971) dans lequel il les compare aux Alpes, avec leurs pics et leurs éboulis. « Qu’y a-t-il à dire à leur sujet ?/Elles n’ont aucun sens », y affirme-t-il avant d’ajouter un peu plus loin que tant d’un point de vue géographique que poétique : « Il faudrait faire un long détour/Si on voulait les éviter. »

EZRA POUND LES CANTOS

Troisième édition sous la direction d’Yves di Manno trad. de l’américain par Jacques Darras, Yves di Manno, Philippe Mikriammos et Denis Roche Flammarion, 1 018 p., 30 euros

ARTS

Les divinités du riz, un luthnavire, les boîtes et les fétiches magiques…, un article de GILBERT LASCAULT

Archipel de l’Insulinde, les Philippines s’étendent sur 300 000 km2. Elles comptent quelque 7 000 îles et s’étirent sur près de 1 700 km. Elles forment des territoires d’échanges, de commerces, de trocs, de permutations, d’offres et de demandes, de dons, de rivalités.

EXPOSITION PHILIPPINES : ARCHIPEL DES ÉCHANGES

Musée du quai Branly 9 avril – 14 juillet 2013

Catalogue de l’exposition Sous la direction de Constance de Monbrison et Corazon S. Alvina Actes Sud/musée du quai Branly, 368 p., 242 ill. coul., 47 euros

Hors-série de l’exposition Tribal Art magazine, Belgique, 56 p., ill., 8 euros

De l’Allemagne et des interférences, un article de GEORGES RAILLARD

Deux expositions simultanées, l’une à Strasbourg, sur l’architecture « en partage » entre l’Allemagne et la France. À partir de 1800. Un même point de départ, au Louvre, pour les avatars – la richesse, la diversité – de la peinture en Allemagne jusqu’en 1939. Le cinquantième anniversaire du traité d’amitié francoallemande a fourni le prétexte et les moyens de ces deux amples manifestations. Ce qui est à voir au musée, à lire dans les deux remarquables catalogues, constitue un événement.

EXPOSITION : INTERFÉRENCES/INTERFERENZEN ALLEMAGNEFRANCE 1800-2000

Sous la direction de JeanLouis Cohen et Harmut Frank Musée d’Art moderne et contemporain de la ville de Strasbourg Du 30 mars au 21 juillet 2013

Catalogue de l’exposition Éd. des musées de la ville de Strasbourg, 466 p., 59 euros

EXPOSITION DE L’ALLEMAGNE DE FRIEDRICH À BECKMANN

Sous la direction de Sébastien Allard et Danièle Cohn Musée du Louvre Du 28 mars au 24 juin 2013 Catalogue de l’exposition Hazan/Musée du Louvre, 432 p., 300 ill., 45 euros

PHILOSOPHIE

Les raisons du hasard, un article de JEAN LACOSTE

Descartes, cet impavide cavalier, s’était intéressé au choc des boules de billard ; Denis Grozdanovitch, familier depuis l’adolescence des rebonds du tennis, spécialiste du jeu de paume et fou de littérature, prend ici pour cible, sinon Descartes lui-même, du moins le « cartésianisme », la rationalité technique devenue folle, dans un essai vagabond, érudit, polémique, et plus sérieux que ne peut le laisser penser la charmante couverture de Sempé.

DENIS GROZDANOVITCH LA PUISSANCE DISCRÈTE DU HASARD

Denoël, 321 p., 17,50 euros

Benjamin Fondane commence, un article de CHRISTIAN MOUZE

« Je vois encore Fondane sortir du block, passer très droit devant les SS, fermant le col de sa veste pour se protéger du froid et de la pluie, monter dans le camion. L’un après l’autre, lourdement chargés, les camions s’ébranlèrent vers Birkenau. Deux heures plus tard, nos camarades étaient morts gazés. » (André Montagne, Les Lettres Françaises, 26 avril 1946.)

BENJAMIN FONDANE LA CONSCIENCE MALHEUREUSE

Édition présentée et annotée par Olivier Salazar Ferrer Verdier, 345 p., 20,50 euros

THÉÂTRE COMPLET

Textes établis et présentés par Éric Freedman Non Lieu éd., 309 p., 16 euros

Le faux au service du vrai, un article de MARC LEBIEZ

C’est peu dire que Vaihinger est mal connu en France. Le nom même de ce contemporain de Bergson n’est pas des plus notoires, y compris chez les philosophes professionnels. Pourtant, sa Philosophie du « comme si » ne présente pas qu’un intérêt archéologique ; les problèmes que pose ce livre majeur et les solutions qu’il avance ont intéressé nombre de penseurs du XXe siècle et ont conservé une actualité intellectuelle.

CHRISTOPHE BOURIAU LE « COMME SI » Kant, Vaihinger et le fictionalisme

Cerf, 256 p., 23 euros

PSYCHANALYSE

Voyage en autisme, un article de MICHEL PLON

Avant d’entrer un tant soit peu dans le détail des deux ouvrages, véritables objets, publiés par Sandra Alvarez de Toledo, qui poursuit ainsi sa mise au jour passionnée de l’œuvre de Fernand Deligny (QL nos 952 et 982), il nous semble nécessaire, et en cela le livre d’Henri ReyFlaud est important en ce qu’il déploie clairement l’éventail des possibles en la matière, de formuler de la manière la plus simple possible les présupposés philosophiques, existentiels mais aussi politiques qui déterminent la position que l’on adopte face à l’autisme.

Journal de Janmari

Avec la collaboration de Gisèle Durand L’Arachnéen, 150 p., 32 euros

Cartes et lignes d’Erre

Traces du réseau de Fernand Deligny 1969-1979

Édition bilingue français anglais Introduction et glossaire de Sandra Alvarez de Toledo Postface de Bertrand Ogilvie L’Arachnéen, 412 p., 55 euros

HENRI REYFLAUD SORTIR DE L’AUTISME Parents, ces vérités qu’on vous cache

Flammarion, coll. « Psychanalyse et psychologie », 136 p., 16 euros

 HISTOIRE

Le Moyen Âge du genre, un article de MICHÈLE GALLY

Cet ouvrage d’un peu plus de deux cents pages se présente comme un manuel, le premier à aborder et à synthétiser l’histoire culturelle de la différenciation des sexes au cours des siècles médiévaux.

DIDIER LETT HOMMES ET FEMMES AU MOYEN ÂGE Histoire du genre XIIe XVe siècle

Armand Colin, coll. « Cursus histoire », 224 p., 16,80 euros

« Un couteau pour couper ma peur », un article de CLAUDE MOUCHARD

« Les événements racontés ici sont véridiques », nous avertit Otto B. Kraus en tête de l’ouvrage. Ces événements, « véridiques » en effet, eurent lieu dans le « camp des familles » créé en 1943 à AuschwitzBirkenau. Les nazis regroupaient là des familles juives, pour la plupart tchécoslovaques, en provenance du camp ghetto de Theresienstadt. Otto B. Kraus nous fait entrer dans le « bloc des enfants ». Or, « au cœur de cet univers, écrit Catherine Coquio (dans l’essai qui, en seconde partie du livre, offre une puissante synthèse historicocritique recourant de surcroît à d’autres témoins : Kulka, Kluger, Vrba, Gradowski), il y a Lisa Pomnenka » : en elle se condense l’enjeu même du livre de Kraus.

OTTO B. KRAUS LE MUR DE LISA POMNENKA

trad. de l’anglais par Stéphane et Nathalie Gailly suivi de :

CATHERINE COQUIO LE LEURRE ET L’ESPOIR De Theresienstadt au block des enfants de Birkenau

L’Arachnéen, 334 p., 24 euros

Le désir de vivre, un article de PIERRE PACHET

Avrom Sutzkever (en Biélorussie, 1913 – TelAviv, 2010) est l’un des grands poètes en yiddish du XXe siècle. C’est aussi un témoin de premier plan, et

un héros de la résistance juive armée contre les nazis.

AVROM SUTZKEVER LE GHETTO DE WILNO 1941-1944

trad. du yiddish par Gilles Rozier Préface d’Annette Wieviorka Denoël, 400 p., 20,50 euros

THEATRE

Iphis et Iante, Ravel : hors des sentiers battus, un article de MONIQUE LE ROUX

Variations sur les pièces du répertoire ou création d’« écritures contemporaines » destinées au plateau ? Des metteurs en scène échappent à cette alternative, tels Jean-Pierre Vincent avec Iphis et Iante d’Isaac de Benserade au TGP de Saint-Denis ou Anne-Marie Lazarini avec Ravel d’après Jean Echenoz au Théâtre Artistic Athévains.

ISAAC DE BENSERADE

IPHIS ET IANTE

Mise en scène de Jean-Pierre Vincent Théâtre Gérard Philipe de Saint-Denis Jusqu’au 6 mai

JEAN ECHENOZ RAVEL

Mise en scène d’Anne-Marie Lazarini Théâtre Artistic Athévains Jusqu’au 5 mai Reprise à partir du 15 novembre 2013

 CINEMA

 Perspectives avant la bataille, un article de LUCIEN LOGETTE

Le verdict est enfin tombé, permettant au petit monde du cinéma français de respirer, après avoir si longtemps retenu son souffle – façon de parler, car le réseau Internet résonnait depuis des semaines d’échos, rumeurs, supputations et certitudes quant aux sélectionnés cannois. La liste des heureux qualifiés n’a pas encore donné lieu aux habituels commentaires navrés visant le manque de sang neuf, le manque de réalisatrices, le manque d’inventivité et le carnaval des vaches sacrées et des Grandes Têtes Molles régulièrement reconduites. Nul doute que les rechigneurs vont rechigner, puisque telle est la règle du jeu. Mais la contestation sera délicate, tant les noms de la vingtaine d’élus y laissent peu de prise. D’anciennes Palmes d’or respectées, des cinéastes aimés de la critique, des petits nouveaux (à ce niveau), la répartition est habile et propre à susciter l’étonnement, le moment venu.

66e Festival international du film de Cannes

Du 15 au 26 mai 2013  

 VITRINE

Quelques nouvelles du Parrain, un article deMARIA PIA DI BELLA

Pendant longtemps, quand un livre sur la mafia sortait en France, c’était soit une traduction de l’italien, soit un ouvrage de Marcelle Padovani – journaliste au Nouvel Observateur –, qui semblait en avoir l’exclusivité. Mais depuis quelques années les choses ont changé et les intellectuels français se sont mis à écrire sur le sujet – ce qui doit certainement émouvoir les Italiens qui les lisent et surtout les aider à ne plus se sentir seuls ! En effet, la mafia a été vue très longtemps un peu partout dans le monde comme une spécialité italienne à ajouter à la pizza, à la chansonnette napolitaine et, pour les plus cultivés, à l’opéra. Bref, une spécialité ou une anomalie folklorique dont on pouvait même se gausser. Les quelques films cultes que la mafia a inspirés – la trilogie du Parrain en tête – n’ont fait qu’enfoncer le clou.

JACQUES DE SAINT VICTOR UN POUVOIR INVISIBLE Les mafias et la société démocratique (XIXe XXIesiècles)

Gallimard, coll. « L’esprit de la cité », 432 p., 23,50 euros

Les couleurs du temps, YAN CÉH

Il a toujours été là, non loin du centre, observant la scène comme on regarde un tableau. Notant ensuite les détails et bribes de conversations, souvenirs de ces années soixantedix qui resurgissent aujourd’hui dans un livre. Thadée Klossowski de Rola nous fait partager une époque magique, et son obsession pour la littérature, trésor inaccessible.

THADÉE KLOSSOWSKI DE ROLA VIE RÊVÉE Pages d’un journal 1965, 1971-1977

Grasset, 311 p., 22 euros

About these ads

One Response to La Quinzaine littéraire n°1083 – du 1er au 15 mai 2013

  1. Ping : La Quinzaine littéraire n°1083 - du ...

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 168 autres abonnés

%d bloggers like this: