La Quinzaine n°1011, du 16 au 31 mars 2011

"Parole vers un absent", un article de Marc Le Gros

ALEXIS GLOAGUEN
LES VEUVES DE VERRE
Maurice Nadeau, 144 p., 16 €

Alexis Gloaguen est poète. Et je pense que même si la page de la poésie versifiée, il l’a tournée depuis longtemps, les proses qui se sont échelonnées depuis "Traques passagères", paru en 1989, jusqu’à ces "Veuves de verre", ne manifestent rien d’autre que la «continuation » de cette poésie. Mais par d’autres moyens.

"Balade en terre de feu", un article de Norbert Czarny

OLIVIER ROLIN
BAKOU, DERNIERS JOURS
Seuil, coll. « Fiction & Cie », 180 p., 17 €

Tout a commencé, ou a failli finir avec "Suite à l’hôtel Crystal" : dans ce roman paru en 2004, l’auteur annonçait sa mort, d’une balle de pistolet Makarov, à l’hôtel Apshéron de Bakou en 2009. Malgré les conseils de ses amis, Olivier Rolin s’est néanmoins rendu dans la capitale de l’Azerbaïdjan en cette année fatidique. Il en est revenu avec ce récit réjouissant, une balade en périphérie du monde.

"Le vif, le vivant", un article de Marie Tournier Cardinal

HÉDI KADDOUR
SAVOIR-VIVRE
Gallimard, 197 p., 16,90 €

LES PIERRES QUI MONTENT
NOTES ET CROQUIS DE L’ANNÉE 2008
Gallimard, 377 p., 20 €

La question n’est pas de savoir si nous devons lire Hédi Kaddour, mais quel ouvrage avant l’autre. De quelque objet qu’il s’agisse, nous le
saisirons vivement, pour le reposer, quelques heures plus tard, avec lenteur. L’éloignant de nous, à regret. Nous l’avons gardé quelques instants dans la main, pour lui signifier la caresse qui par lui nous a emportés.

"Un général résistant du IIIe Reich", un article de Georges-Arthur Goldschmidt

HANS-MAGNUS ENZENSBERGER
HAMMERSTEIN OU L’INTRANSIGEANCE, UNE HISTOIRE ALLEMANDE
trad. de l’allemand par Bernard Lortholary
Gallimard, 192 p., 23,50 €

C’est chez le fabricant de pianos Bechstein qu’Adolf Hitler apprit « comment on tient son couteau à table », c’est chez lui aussi que Kurt von Hammerstein fit en 1925 la connaissance du même Hitler. Il sut dès l’abord à qui il avait affaire.

p

"Présence de Gogol", un article de Christian Mouze

NICOLAS GOGOL
NOUVELLES COMPLÈTES
Édition établie et présentée par Michel Niqueux
Gallimard, coll. « Quarto », 999 p., 24,90 €

« … tout ce que contient l’âme d’un écrivain ne demande qu’à voir le jour ». Quelle était cette force comique, cette force fantastique et lyrique, en un mot cette force de vie que contenait l’âme de Gogol ? Et la nature de cette force religieuse qui à la fin le mena à l’autodestruction ?

"Trois livres sur Proust", un article de Tiphaine Samoyault

JACQUELINE RISSET
UNE CERTAINE JOIE. ESSAI SUR PROUST
Hermann, 135 p., 22 €
mm
mm
mm
mmm
mmm
DIANE DE MARGERIE
PROUST ET L’OBSCUR
Albin Michel, 230 p., 19,50 €
THIERRY MARCHAISSE
COMMENT MARCEL DEVIENT PROUST. ENQUÊTE SUR L’ÉNIGME DE LA CRÉATIVITÉ
Epel, 140 p., 19 €

Les pages de Proust sur le livre préféré et les jours de l’enfance rendus plus pleins grâce à lui sont devenues une sorte d’emblème du temps que l’on passe avec l’oeuvre proustienne et les métamorphoses de soi que sa lecture entraîne. Les trois livres ici recensés témoignent chacun à leur manière de cette fréquentation constante dont l’énigme devient celle de l’existence même, à tenter de comprendre.

"Moravia, Italien du XXe siècle", un article de Monique Baccelli

RENÉ DE CECCATTY
ALBERTO MORAVIA
Flammarion, coll. « Grandes biographies », 678 p., 25 €

Avant même d’ouvrir le livre, le lecteur est aimanté par le regard à la fois intense et froid, interrogateur et désabusé du très vieil homme qui figure sur la couverture. En tournant les pages il pourra constater que ce regard est aussi percutant que celui du jeune Moravia (né en 1907) photographié en 1922 : preuve d’une forte personnalité que la vie, fût-elle semée d’épreuves, n’a pas entamée.

"Mais il y aussi un autre vent du large", un article de Anne Le Brun

PIERRE REVERDY
OEUVRES COMPLÈTES, TOME I
Flammarion, 1 458 p., 30 €

« Il faut l’immensité de la mer dans une goutte d’eau. » Rien plus que cette remarque dans une lettre de 1918 au jeune André Breton ne peut donner idée de la rigueur avec laquelle le sens de l’infini s’apparente chez Pierre Reverdy à son refus de tout effet. Stupéfiante alliance où la pureté le dispute à la violence : « Toute la littérature m’écoeure, cher ami, bêtes et gens », écrit-il la même année au même correspondant.

"Un art des traces", un article d’Odile Hunoult

ÉTIENNE-ALAIN HUBERT
CIRCONSTANCES DE LA POÉSIE
REVERDY,APOLLINAIRE, SURRÉALISME
préfacé par Michel Murat
deuxième édition revue et augmentée Klincksieck, 542 p., 45 €

Réunion d’essais parus en revues entre 1979 et 2007. Ils se répondent les uns les autres, explorant sous de nombreux aspects un même champ, l’effervescence des premières années du XXe siècle où s’invente la modernité dans les arts, jusqu’aux prolongements et aux ruptures du surréalisme. Étienne-Alain Hubert, le spécialiste de Reverdy, est un lecteur : sa passion, c’est les oeuvres. Sa recherche, la reconstitution du terreau humain qui les a portées, et même suscitées.

"Le jaune serin de Gauguin", un article de Georges Raillard

PAUL GAUGUIN
VERS LA MODERNITÉ
Un ouvrage collectif
Actes Sud, 248 p., 254 ill. dont 234 en coul., 49,95 €

L’Exposition universelle de 1889 nous a laissé quelques images fortes : la tour Eiffel, toute neuve, dominant le théâtre d’un monde nouveau sur le Champ-de-Mars. 28 millions de visiteurs. Pendant six mois ils contemplèrent, exposés dans un « enclos », 300 « indigènes ». Les Beaux-Arts ont leur palais. Gauguin s’en sait d’avance écarté. Il prend les devants. Ce fut l’origine de la Suite Volpini, pièce maîtresse de l’évolution et de l’évaluation de l’art de Gauguin.

"Le démon de Gershom Scholem", un article de Patrick Sultan

GERSHOM SCHOLEM
CAHIER SCHOLEM
dirigé par Maurice Kriegel
Éd. de l’Herne, coll. « Cahiers de l’Herne », n° 92, 328 p., 39 €

"Le Cahier de l’Herne" consacré au grand historien de la mystique juive Gershom Scholem (1897-1982) permet, sinon de percer, du moins d’approfondir, le secret de ce chercheur prolifique. Maurice Kriegel qui offre au public français ce recueil formé d’entretiens, de textes inédits en français, d’hommages et d’études pour la plupart anciennes, a souhaité le faire entrer « plus avant dans l’œuvre de Scholem : non en renforcer le mystère, encore moins le dissiper ».

"À la recherche de la guerre perdue", un article de Laurence Zordan

La guerre après la guerre
Images et construction des imaginaires de guerre dans l’Europe du XXe siècle
sous la direction de Christian Delaporte, Denis Maréchal, Caroline Moine et Isabelle Veyrat-Masson
Nouveau Monde Éditions, 448 p., 49 €

Il est des livres que l’on voudrait faire parler afin qu’ils avouent plus qu’ils n’en disent d’emblée et ce, en les faisant dialoguer avec d’autres ouvrages. La guerre après la guer re appartient à ce répertoire. De quelle théorie de l’après-guerre ce type d’analyse est-il porteur ? De quel abus ambiant du terme « imaginaire » est-il l’illustration ? De quelle figure de l’« irénologie », discours sur la paix, est-il l’emblème ? De quelle Europe est-il le vecteur ?

"Quelques remèdes contre la pauvreté", un article de Philippe Frémaux

ESTHER DUFLO
LUTTER CONTRE LA PAUVRETÉ
Tome 1 : Le développement humain
Tome 2 : La politique de l’économie
Seuil, 112 p., 11,50 € chaque tome

Esther Duflo est devenue une star de la lutte contre la pauvreté en rompant avec les théories classiques du développement. Alors que les économistes, traditionnellement, considèrent la question d’en haut, en privilégiant soit le prisme de la macro-économie orthodoxe, soit des analyses plus structurelles mais à portée générale, la chercheuse du MIT a choisi d’étudier ce qui marche et ce qui ne marche pas, au plus près du terrain.

"Des « Reines de théâtre »", un article de Monique Le Roux

MANUEL PUIG
LE MYSTÈRE DU BOUQUET DE ROSES
Mise en scène de Gilberte Tsaï
Nouveau Théâtre de Montreuil Jusqu’au 15 avril
pp

MARIVAUX
LES FAUSSES CONFIDENCES
Mise en scène de Didier Bezace
Théâtre de la Commune d’Aubervilliers Jusqu’au 2 avril Tournée nationale jusqu’en juin 2010

Des « Reines de théâtre » : telle était l’expression d’Antoine Vitez, quand il présentait les interprètes féminines de ses premières saisons au Théâtre national de Chaillot. Elle revient à l’esprit à propos des actrices distribuées par Gilberte Tsaï dans "Le Mystère du bouquet de roses" de Manuel Puig au Centre dramatique national de Montreuil et par Didier Bezace dans "Les Fausses Confidences" de Marivaux à celui d’Aubervilliers.

"La musique et vous", un article de Thierry Laisney

DANIEL LEVITIN
DE LA NOTE AU CERVEAU
L’influence de la musique sur le comportement
trad. de l’anglais par Samuel Sfez
Héloïse d’Ormesson, 362 p., 23 €

La musique vue du côté des neurosciences, c’était déjà l’optique de "Musicophilia" d’Oliver Sacks (QL n° 988), qui a eu un grand retentissement. C’est aussi celle du présent livre de Daniel Levitin, professeur de psychologie cognitive à McGill (Montréal); alors que Sacks, médecin neurologue, examinait surtout les altérations de la perception musicale, Levitin s’attache quant à lui à éclairer divers aspects de l’expérience musicale quotidienne. Il n’a pas pour cela recours aux seules neurosciences mais aussi aux remarques et aux impressions que ses qualités d’exécutant et d’auditeur lui ont suggérées.

La Quinzaine n°1004, du 1er au 15 décembre 2009

"Sagan : une désinvolture bouleversante", un article de Claire Richard

FRANÇOISE SAGAN
DES BLEUS À L’ÂME
Stock, 176 p., 16,50 €
TOXIQUE
illustrations de Bernard Buffet
Stock, 72 p., 15 €
DES YEUX DE SOIE
Stock, 193 p., 16,50 €

Dites « Sagan » et les mêmes images surgissent. Le « charmant petit monstre » de Mauriac, « la petite musique », les voitures de sport conduites pieds nus, le whisky, Deauville et les boîtes de nuit, une façon de parler et des cigarettes. Une citation aussi : « Sur ce sentiment inconnu, dont l’ennui, la douceur m’obsèdent, j’hésite à apposer le nom, le beau nom grave de tristesse. » Dans ce fatras, où est passé l’écrivain ? Les textes inédits de Sagan invitent à redéfinir ce que serait « Sagan ».

"L’apaisement", un article de Hugo Pradelle

RICHARD BAUSCH
PAIX
Peace
trad. de l’anglais (États-Unis) par Jamila Ouahmane-Chauvin
Gallimard, 176 p., 17,50 €
L’HOMME QUI A CONNU BELLE STARR et AUTRES NOUVELLES
The Stories of Richard Bausch
trad. de l’anglais (États-Unis) par Jamila Ouahmane-Chauvin et Serge Chauvin
Gallimard, 444 p., 26 €

Le roman de l’Amérique semble ne pas avoir de fin. Les auteurs reprennent sans cesse, ajoutant leur pierre à l’édifice, sa brève histoire pour en extraire l’essence à la fois violente et paradoxalement innocente. Comme une aventure à chaque livre renouvelée, sempiternellement réinvestie, celle de l’ineffable. Le récit de guerre qui sublime la bataille ou explore les tréfonds de consciences bouleversées par la violence,
anéanties ou revigorées par la peur et le danger, fait se jouer l’ordre même de la nation et de l’individu, la cohésion et le sentiment d’une
identité qui échappe, et que seules des mythologies modernes parviennent vaille que vaille à maintenir…

"Je suis le secret", un article de Norbert Czarny

A. M. HOMES
LE SENS DE LA FAMILLE
trad. de l’américain par Yoann Gentric
Actes Sud, 240 p., 19,80 €

Cela commence dans le salon des Homes, les parents adoptifs de A. M. Homes, romancière de trente et un ans alors. L’avocat qui s’était chargé de leur conf ier la petite f ille à la naissance leur a appris que quelqu’un cherchait A. M. Alors débute une histoire d’une rare intensité, racontée en un présent haletant.

"Éloge de la fuite", un article de Vanessa Aubert

SHMUEL T. MEYER
LES VILLES N’ONT PAS DE TOIT
Gallimard, 222 p., 18

Le Périmètre de l’Étoile a été publié en 2008 aux éditions Gallimard. Un an plus tard, Shmuel T. Meyer renoue avec l’art minutieux et ambitieux qu’est la nouvelle avec Les villes n’ont pas de toit. Au carrefour du destin d’hommes et de femmes, à la fois spectateur et observateur, il explore dans de multiples huis clos les f igures du déracinement. Une communauté de destins mise au jour ici et ailleurs par une écriture de l’intime et du sensible.

"Écrire et aimer", un article de Christian Mouze

JEAN ROUNAULT
MON AMI VASSIA
SOUVENIRS DU DONETZ
Préface de Gabriel Marcel (1949) Postface de Jean-Louis Panné
Dossier établi par Anne-Marie Biemel-Montarnal et Jean-Louis Panné
Le Bruit du Temps, 478 p., 24 €

Voici un récit écrit en chapitres courts, chacun représentant une scène emblématique qu’on peut prendre comme accusation d’un état de choses. Mais ce n’est pas cela qui résulte au f inal de la lecture. Autre chose de plus fort et de plus beau.

"Une place et une histoire", un article de Norbert Czarny

TAMAR BERGER
PLACE DIZENGOFF
trad. de l’hébreu par Rosie Pinhas-Delpuech
Actes Sud, 340 p., 23 €

Pendant de nombreuses années, la place Dizengoff et la rue qui la prolongeait ont été à Tel-Aviv ce que Saint-Germain-des-Prés sont à Paris : un carrefour de l’intelligence et des élégances, le lieu où il fallait être vu. Les années quatre-vingt et la vogue des galeries commerciales ont mis fin à cette célébrité. Le livre de Tamar Berger revient sur l’histoire de cette place, longtemps avant…

"Dédale", un article de Hugo Pradelle

ROBERTO BOLAÑO et A. G. PORTA
CONSEILS D’UN DISCIPLE DE MORRISON À UN FANATIQUE DE JOYCE
suivi de JOURNAL DE BAR
Consejos de un discípulo de Morrison a un fanático de Joyce seguido de Diario de bar
trad. de l’espagnol par Robert Amutio
Christian Bourgois, 224 p., 18 €

Écrit à quatre mains, le premier roman de Roberto Bolaño (1953-2003) est, sous couvert de pastiche, un livre profond qui préfigure les obsessions qui nourriront les œuvres à venir. Une lecture sous forme d’archéologie, émouvante, drôle et perturbante.

"La beauté est souvent un parfum", un article de Gilbert Lascault

100 000 ANS DE BEAUTÉ
Collectif sous la direction d’Élisabeth Azoulay
Gallimard, 5 volumes, 1 300 p., env. 600 ill. coul., 150 €

En de longs millénaires (le plus souvent pénibles et rudes), par l’intelligence et l’imagination des humains et pour les rendre moins malheureux, la beauté s’invente, se métamorphose, se déplace ; elle modifie les espaces, les corps, les sensualités nouvelles, les peaux imprévisibles.

"La logique implacable des couleurs du blason", un article de Gilbert Lascault

MICHEL PASTOUREAU
L’ART HÉRALDIQUE AU MOYEN ÂGE
Seuil, 240 p., 136 ill. coul., 42 €

Historien subtil et exigeant, spécialiste des couleurs, des images et des emblèmes, Michel Pastoureau enseigne depuis vingt-sept ans à l’École pratique des hautes études en sciences sociales. Il occupe la chaire d’histoire de la symbolique occidentale. Il a publié une trentaine d’ouvrages souvent admirés et traduits dans une vingtaine de langues. Il étudie en particulier l’histoire des couleurs : les « tissus rayés » (1991, 1994), le bleu (2000), le noir (2008). Il analyse aussi les bestiaires, par exemple l’ours (2007).

"L’art de l’Histoire", un article d’Odile Hunoult

PAUL LOUIS ROSSI
VIES D’ALBRECHT ALTDORFER,
PEINTRE MYSTÉRIEUX DU DANUBE
Bayard. 192 p., 20,50 €

En 1529 Albrecht Altdorfer peint la Bataille d’Alexandre à Issos, considérée comme son œuvre maîtresse, que l’Alexandre des temps modernes, Napoléon, se sentant peut-être concerné, rapporte à Saint-Cloud en prise de guerre. Une reproduction figure en exergue des Vies d’Albrecht Altdorfer. On ne distingue qu’une masse emportée dans un tourbillon rouge et or sous le ciel d’orage, bleu et noir – il faut une loupe pour voir Alexandre sur Bucéphale à la poursuite de Darius dans la foule qui s’entre-tue.

"Une école entièrement nouvelle", un article de Jean-Claude Chevalier

L’École normale de l’an III (tome 4)
Leçons d’analyse de l’entendement, art de la parole, littérature, morale. Garat, Sicard,
La Harpe, Bernardin de Saint-Pierre sous la direction de Jean Dhombres et Béatrice Didier
Éd. ENS rue d’Ulm, 714 p., 55 €

Par un étrange paradoxe, une révolution qui s’était nourrie de philosophes grands réformateurs de l’éducation, de Jean-Jacques, des savants de l’Encyclopédie, comme d’Alembert, auteur du célèbre article « Collège », cette révolution donc avait vidé écoles et collèges. La raison était simple : l’enseignement du temps de la royauté était tenu principalement par des ecclésiastiques que la Terreur avait exilés ou réduits au silence.

"Jacques Rancière ou la puissance vivifiante de la contradiction", un article de Patrick Cingolani

JACQUES RANCIÈRE
MOMENTS POLITIQUES
La Fabrique, 240 p., 15 €

Depuis la réédition du recueil Au bord du politique, en 1998, les éditions La Fabrique accompagnent fidèlement le travail de Jacques Rancière. Elles ont publié Le Partage du sensible en 2000, Le Destin des images en 2003, La Haine de la démocratie en 2005, la réédition de la Parole ouvrière en 2007, Le Spectateur émancipé en 2008. Cette année après L’Interruption de C. Ruby, livre dont l’objet est «Jacques Rancière et la politique », elles ont tout récemment publié de Jacques Rancière lui- même Moments politiques – interventions 1977-2009. Le livre rassemble selon l’idée et le choix de l’éditeur des articles dont la parution s’étale sur près de trente ans ; il cherche, dit Rancière, à « rendre sensible les ruptures que les inventions égalitaires opèrent dans le tissu de la domination ». D’autre part paraît un fort volume d’entretiens qui nous permet de mesurer l’apport de cette pensée du dissensus.

"Gaza : des victimes sans voix", un article de Sonia Dayan-Herzbrun

REPORTERS SANS FRONTIÈRES
GAZA, LE LIVRE NOIR
Avant-propos de Jean-François Julliard Préfaces de Camille Mansour et Gideon Levy
La Découverte, 268 p., 17 €
ESTHER BENBASSA
ÊTRE JUIF APRÈS GAZA
CNRS Éditions, 74 p., 4 €

Dans les conclusions du rapport que le juge Richard Goldstone a rédigé à la demande de l’ONU en vue d’établir les faits après l’offensive
menée par l’armée israélienne contre Gaza, en décembre 2008 et en janvier 2009, f igure la phrase suivante : « Comme c’est le cas dans bien des conflits, l’une des caractéristiques du conflit israélo-palestinien est la déshumanisation de l’autre et des victimes en particulier. » On ne saurait mieux résumer l’impression qui se dégage à la lecture de Gaza, le livre noir que publie Reporters sans frontières.

"Convaincre pour vaincre", un article de Lucien Logette

SÉBASTIEN DENIS
LE CINÉMA ET LA GUERRE D’ALGÉRIE
La propagande à l’écran (1945-1962)
Nouveau Monde éditions, 480 p., + DVD de 4 heures d’archives, 34 €

L’Algérie est longtemps restée la tache aveugle du cinéma français. Autant Hollywood a toujours travaillé en phase avec l’Histoire, intégrant au fil du temps dans ses fictions guerrières tous les conflits en cours, Corée, Vietnam, Salvador, Irak, autant les films hexagonaux ont été privés, pendant les huit années que ceux-là ont duré, de toute référence aux « événements » et autres « opérations de maintien de l’ordre », déguisement sémantique pudibond de notre ultime expédition coloniale. Puisque la guerre n’existait pas, il n’y avait aucune raison de la montrer. Et jusqu’aux accords d’Évian de 1962, le cinéma français (celui destiné aux salles, pas le cinéma militant qui a heureusement sauvé l’honneur) est demeuré allusif.

"Octave Mirbeau, notre contemporain", un article de Monique Le Roux

OCTAVE MIRBEAU
LES AFFAIRES SONT LES AFFAIRES
Mise en scène de Marc Paquien
Théâtre du Vieux-Colombier jusqu’au 3 janvier 2010

Comment représenter une pièce créée il y a plus d’un siècle, quasiment oubliée, redevenue pleinement contemporaine : "Les affaires sont les affaires" d’Octave Mirbeau ? La mise en scène de Marc Paquien au Théâtre du Vieux-Colombier déjoue les pièges de l’actualisation.

"Poésie et musique", un article de Thierry Laisney

STANISLAS DEHAENE
et CHRISTINE PETIT (sous la direction de)
PAROLE ET MUSIQUE
Aux origines du dialogue humain
Odile Jacob, 366 p., 31 €

Comme c’est en général le cas pour les ouvrages collectifs, nous avons affaire ici à un livre très composite, né d’un colloque organisé par le Collège de France et regroupant près de vingt chapitres, pour la plupart consacrés à la musique, le plus souvent sous l’angle de ses rapports avec le langage ou la parole.

"Le cas peu banal de l’Amiral Leblanc", un article de François-René Simon

GUY CABANEL
HOMMAGE À L’AMIRAL LEBLANC
Éd. Ab irato, 92 p., 10 €

Guy Cabanel n’est guère connu que par cet "À l’animal noir" dont le langage a fait dire à André Breton qu’il lui gardait « à jamais le cœur de son oreille ». Mais l’histoire est volontairement négligente, ou ses serviteurs soi-disant trop affairés. Il faudra pourtant qu’elle reconnaisse un jour, et décrypte, l’œuvre considérable de ce poète qui a d’emblée trouvé dans le surréalisme à la fois sa reconnaissance et sa liberté.

"Monnaie de singe", un article d’Omar Merzoug

MA’ARRI
LES IMPÉRATIFS
trad. de l’arabe, présentés et commentés par Hoa Hoï Vuong et Patrick Mégarbané
Actes Sud, 254 p., 19 €

Abû Alâ Al-Ma’arri est l’un des plus grands noms de la poésie arabe classique. Né en 979, dans la province d’Alep en Syrie, il perd la vue à l’âge de quatre ans. Si ses premiers textes sont marqués au sceau d’un genre traditionnel, le panégyrique, bien vite, il renonce à « vendre » sa poésie en louant des émirs ou des dignitaires qu’il méprise.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 172 autres abonnés